Yannick Dacheville et la plongée pendant ses vacances

7 raisons de devenir moniteur de plongée d’après Yannick Dacheville

Le moniteur est celui qui raconte des histoires de baleines, de requins, de récifs et de poissons multicolores de toutes les espèces, ce qui est tout à fait passionnant. Il passe ses journées à faire de la plongée aux côtes d’amateurs avides de sensations inoubliables.Bien que difficile, le métier de plongeur est une activité passionnante accessible via une formation qui teste les limites physiques et mentales.

Elle exige des efforts de concentration de la part des candidats. En revanche, surmonter chaque défi personnel rend la victoire finale tellement agréable. Accéder au niveau de PADI Instructor est le plus grand accomplissement de la vie de certains élèves.

1- Premier motif pour Yannick Dacheville : aller aux quatre coins du monde

Selon de nombreux professionnels tels que Yannick Dacheville, la qualification d’instructeur permet de pouvoir travailler à l’étranger, que ce soit aux Îles Vierges des États-Unis, aux îles Caïmans ou au Mexique. Parfois la destination importe peu car plusieurs pros ont la possibilité de parcourir le monde en prenant des contrats l’année.

Les moniteurs les plus expérimentés pourront travailler à Hollywood en tant que cascadeurs sous-marins ou comme des plongeurs chargés de la sécurité sous l’eau. Ils doivent être également aptes à assurer la sécure des personnes, en occurrence des acteurs sous l’eau afin de prétendre à cette fonction.

Il est également possible de choisir un métier associé aux forces de l’ordre. Dans ce domaine les professionnels en plongée ont pour mission de former en toute sécurité les forces de police dans les techniques de récupération et de recherche sous l’eau. Cette tâche ouvre les portes à d’autres activités en relation avec l’eau dans le domaine de l’exploration et des sciences.

2- Travailler en collaboration avec d’autres corps de métier

Être moniteur de plongée permet aussi de faire la différence dans la préservation marine. En effet, l’instructeur peut parler aisément de la consommation de poissons en provenance de sources durables ainsi que des règlementations des parcs marins. Il peut également inciter certains plongeurs à éviter les crèmes solaires dangereuses pour les récifs coralliens. C’est toujours un honneur pour ces moniteurs d’éduquer de multiples adeptes sur la préservation de la faune et de la flore marine. Le plus gratifiant, c’est de faire naitre chez les plongeurs une mentalité protectrice du récif.

Après acquisition d’un diplôme d’instructeur de plongée, les adhérents peuvent se servir de leurs qualifications pour entreprendre d’autres carrières comme par exemple assistant scientifique. Cette activité consiste à accompagner les scientifiques en toute sécurité dans les zones où ils effectuent des recherches. Elle consiste également à conduire les biologistes marins vers les tombants de l’Antarctique sous-marin et les icebergs.

3- Détente et découverte

Selon les recherches de Yannick Dacheville sur http://www.yannick-dacheville.fr/, la plongée est considérée comme un sport extrême, quoi que sa pratique en loisir avec des personnes expérimentées et diplômées est devenue une activité nautique ouverte à toutes et à tous. Il y existe certains risques mais ceux ci sont assez faibles lorsque l’on respecte les règles de bases enseignées par des professionnels. Il faut être aussi très vigilant.

En effet, seulement près de 10% de la surface de la terre est à plus de 24 heures de voyage. Aujourd’hui, il est possible de découvrir des lieux paradisiaques autrefois réservés à des explorateurs.

Le monde sous-marin est bondé d’impressionnantes richesses à découvrir. La plongée est une activité fascinante, car à part le fait de dépasser les frontières jusqu’à présent infranchissables, de respirer sous l’eau, c’est un loisir qui permet d’explorer les paysages sous-marins. Tout comme sur la terre, les fonds marins ont des écosystèmes et des climats assez variés. Pour Yannick Dacheville sur about.me la plongée est le meilleur moyen pour observer des sanctuaires réunissant dans les profondeurs la faune et la flore en de féériques jardins comme la mer Rouge en Égypte, la grande barrière de corail en Australie, le lac vert éphémère en Autriche, Silfra en Islande, les Îles Galápagos et Truck au centre du Pacifique.

Une fois immergés, les adeptes peuvent se détendre et se relaxer bien loin des bruits de la ville. Dans l’eau, face au silence de la mer, ils perçoivent rapidement le chuintement des bulles qui rejoignent la surface auquel se confond le crissement d’organismes aquatiques. Après cette étapes s’en suit la découverte et la détente afin de profiter pleinement de sa plongée. En cas de panique, l’instructeur enseigne avec calme et de façon concise comment se focaliser sur sa respiration comme dans la pratique du yoga.

4- Explorer des paysages sous-marins hors du commun

La plongé est également un des meilleurs moyens pour passer de la réalité au rêve. Sous l’eau, la sensation d’apesanteur se fait ressentir. En effet, la flottabilité fait que les pratiquants ne sont plus limités au plancher des crabes. Ils peuvent ainsi se déplacer dans l’espace subaquatique, naviguer parmi les forêts de varech, survoler des épaves de navires ou encore nager parmi les bancs de poissons.

La plongée sous-marine est une pratique accessible à tous, hommes ou femmes, seniors ou juniors. Elle est douce, peu traumatisante pour la peau et surtout relaxante. C’est cet aspect qui la rend accessible à tous. La pratique ne requiert pas non plus d’énormes compétences et d’immenses efforts. Il faut avant tout bien choisir le site, le type de plongée et avoir confiance au moniteur tout en lui signifiant son niveau. La consultation médicale permettant d’obtenir un certificat de non contre-indication et un suivi régulier est également nécessaire.

La plongée va au-delà de l’aventure et de l’exploration affirme Yannick Dacheville. Elle permet de découvrir de nouvelles cultures, de nouvelles destinations et permet de créer des liens sociaux. Ce loisir fait partir des rares activités qui s’adaptent à la fois aux personnes ainsi qu’à leurs intérêts. Il peut être intense et forte mais aussi relaxante et apaisante. Les gens de différentes cultures et professions ainsi que d’âges divers se rassemblent et partagent le plaisir de la découverte des fonds marins grâce à cette fameuse communauté de plongeurs.

5- Pratiquer la plongée pour le bien-être

Comme la plupart des activités sportives, la plongée est un sport qui apporte des bienfaits pour le corps. En effet 45 minutes de plongée permettent de brûler entre 450 et 550 calories, ce qui est très bénéfique pour le bien-être. Elle est non contraignante pour les articulations.

Le mouvement du palmage en revanche, permet de muscler fesses, abdominaux, cuisses et ainsi affiner la taille. Bien que la plongée soit pour beaucoup d’adeptes un loisir, il est à noter que plusieurs métiers en découlent.

Que ce soit dans les domaines sportifs, du commerce, de la recherche, des sciences, d’encadrement, dans un cadre militaire ou civil, il est possible de faire carrière dans le milieu de la plongée sous-marine. Elle nécessite de parfaire sa technique et d’améliorer ses connaissances afin d’être exercée en toute sécurité. A cet effet, les adeptes font connaissance avec leur matériel et son fonctionnement mais aussi les propriétés physiques de l’univers subaquatique qui impacteront sur leur physiologie ainsi que sur la perception de son environnement. La plongée permet de prendre conscience sur la vulnérabilité des écosystèmes et sensibilise à la protection de cet environnement marin. Ainsi, le moniteur deviendra un véritable ambassadeur des océans.

6- Eduquer des amateurs de plongée sur l’environnement marin

Devenir un professionnel en plongée sous-marine permet de partager son savoir à temps partiel ou à temps pleins. L’instructeur peut choisir de faire de sa passion son travail à temps plein ou d’augmenter ses revenus les fins de semaine. Cependant, il est apte à dispenser des cours que lorsqu’il obtient un diplôme de moniteur. En effet, les cours de PADI sont reconnus dans le monde entier. Un certificat de cette envergure permet d’avoir le choix des endroits de travail les plus magnifiques de la planète. Les formateurs peuvent alors choisir parmi les plus spectaculaires récifs, les épaves et les lieux les plus exotiques. Excepté le fait de travailler dans des recoins féériques, il y a également la possibilité de participer à des périples de plongée de rêves. Hormis la possibilité d’exercer dans les plus fascinants lieux du monde et de participer à de sensationnels voyages d plongées, les instructeurs peuvent effectuer des odyssées à des coûts réduits en payant les frais d’enseignants. Il y a également la poss
ibilité de régler les frais de voyages de plongée afin d’offrir des cours.

7- Réaliser des épargnes

L’activité de moniteur de plongée permet également d’économiser des sous sur le matériel de plongée, ce qui permet d’épargner en toute sécurité. En effet, plusieurs centres de plongée passent des arrangements avec leurs fournisseurs afin d’obtenir des accessoires à prix réduit.

En devenant éducateur de plongée, plusieurs personnes créent des liens avec d’autres plongeurs. Ils auront la possibilité de rassembler différents partenaires et de devenir le chef d’un groupe. Des amateurs viendront vers lui pour prendre des conseils sur leur passion. C’est un véritable plaisir de pouvoir partager son savoir-faire. Devenir un expert en plongée est synonyme de découvertes intéressantes et de nouvelles rencontres. En plus d’explorer de magnifiques fonds marins au quotidien, la plongée à un impact positif sur la santé physique et mentale.

Comment devenir instructeur de plongée

Le moniteur ou l’instructeur de plongée encadre et enseigne la pratique de la plongée sous-marine auprès d’adeptes amateurs ou aguerris. Cet enseignant doit être à la fois suffisamment pédagogue et techniquement très compétent pour pouvoir dispenser ses connaissances. Les prérogatives d’enseignement et d’encadrement de ce métier varient en fonction du brevet.

Sous la supervision d’un moniteur de niveau supérieur avec qui il travaille en collaboration, l’instructeur de plongée titulaire du BPJEPS plongée subaquatique initie, encadre, accompagne, assure la sécurité et contribue à la formation des adeptes au nitrox ou en scaphandre à l’air de 0 à 40 mètres. Il organise la pratique sur un site prédéterminé et l’adapte aux spécificités et attentes des amateurs ainsi qu’aux contraintes environnementales.

La formation

Pour devenir un professionnel, les passionnés peuvent se référer aux organismes commerciaux comme SSI ou PADI. Ces institutions qui représentent plus de 30% de la plongée mondiale certifient des personnes moniteurs après leur formation. Cette accréditation permet d’enseigner et de certifier des plongeurs loisir. Pour prétendre à cette activité, le premier pas est de devenir Divermaster.

C’est en effet le premier niveau professionnel qui permet de travailler dans un centre de plongée. Sa fonction consiste à encadrer des plongeurs sous l’eau, remplir des cylindres, faire de la vente dans les magasins et conduire des programmes en zone protégée. A l’étranger il peut être rémunéré au nombre de plongeurs qu’il accompagne ou à la sortie en bateau. Dans certains cas, il peut avoir des contrats de travail, mais il ne sera pas payé à la tâche.

Comment gravir les échelons ?

Pour progresser et améliorer son niveau de vie, il faut devenir instructeur de plongée ou OWSI (Open Water Scuba Instructor). Cela se fait en trois différentes étapes. Dans un premier temps, il faut devenir AI (assistant Instructor) après une formation qui s’étend sur 4 jours. Cette formation permet d’enseigner seul la plongée en milieu protégé et d’assister un instructeur en milieu naturel. Cette étape assez courte permet d’avoir plus d’offre d’emploi. Par la suite, il faut suivre l’IDC (Instructor Developpement Course) qui forme durant 7 jours au métier d’instructeur. Cette qualification est un approfondissement de la théorie et d’un apprentissage des règles de base PADI. Elle donne le droit de passer l’IE (Instructor Examination) qui est un examen composé d’épreuves théoriques et pratiques. Il s’étend sur 2 jours. A l’issu de cette épreuve, les adeptes de plongée deviennent officiellement des OWNI, instructeurs PADI. Ils peuvent ainsi dispenser tous les programmes de l’Open Water jusqu’à Divermater, soit
dans le cadre d’un centre de plongée, soit en individuel.

Les niveaux supérieurs

La carrière de plongeur ne s’arrête pas après le niveau instructeur chez PADI. Plusieurs formations annexes permettent de devenir instructeurs de spécialités. Les personnes qui parviennent à enseigner 5 spécialités et qui justifient de 25 certifications deviennent automatiquement MSDT (Master Scuba Diver Trainer). Cette reconnaissance rend davantage employable. Au-delà de ce diplôme, les adeptes peuvent devenir Staff Instructor pour enseigner les Divermaster à l’AI, Course Director pour initier àl’IDC complet et le Staff Instructor et SCIT pour enseigner la spécialité aux instructeurs. Il faut prévoir un budget de près de 4500 euros pour accéder au plus haut niveau. Le salaire est fonction du niveau. Un formateur détenteur de BPJEPS à une rémunération avoisinant le SMIC. Celui qui est titulaire d’un DEJEPS a un revenu légèrement supérieur à 1600 euros. En revanche certaines compétences annexes telles que la maîtrise des langues étrangères peuvent également booster le salaire.